Livres Daniel Gacoin

  • • Manuel de direction en action sociale et médico-sociale

    Ouvrage collectif
    Daniel Gacoin a écrit le chapitre intitulé : "Formes organisationnelles nouvelles, transformation des modes de direction : une histoire de poule et d'oeuf…".
    En savoir plus
  • • Guide de l'évaluation en action sociale et médico-sociale

    Sortie le 26 mai 2010
    100 fiches détaillées abordent toutes les facettes du sujet avec la volonté de :
    • resituer le cadre de l’évaluation sociale et médico- sociale ;
    • ouvrir la vision des démarches possibles pour orienter les pratiques ;
    • donner des repères en acceptant la dimension plurielle du thème et des thèses proposées ;
    • donner des définitions et des outils en restant centré sur un devoir éthique.
  • • Communiquer dans les organisations sociales et médico-sociales

    Partie 1 : Mutations et enjeux
    Partie 2 : La communication comme solution ?
    Partie 3 : La communication avec l'usager, stratégies et méthodes
    Partie 4 : La communication interne, stratégies et méthodes
    Partie 5 : La communication externe, stratégies et méthodes
  • • Conduire des projets en action sociale (2010 : deuxième édition)

    Partie 1 : Comprendre la place nouvelles des projets
    Partie 2 : Innover en action sociale (à lire notamment les 5 histoires en forme de fables appelées "Histoires comme ça")
    Partie 3 : Penser projet : des savoirs au positionnement
    Partie 4 : Construire une stratégie
    Partie 5 : Mobiliser et impliquer
    Partie 6 : Communiquer et négocier
    Partie 7 : Conduire les projets stratégiques
Blog powered by Typepad

« A visionner, très intéressant (+ + + +) : une interview de Robert Castel, suite à mon commentaire de son dernier livre | Accueil | Collectivités locales et action sociale et médico-sociale : quelles perspectives ? »

24 juin 2009

Commentaires

jean marie vauchez

Voici un petit texte que j'avais écris il y a quelques années :


La logique de la « problématique » a eu de beaux jours. Cette manière de travailler venait après une période où le travail éducatif se caractérisait par l’importance de l’engagement personnel. Seulement il apparaissait que la bonne volonté de chacun ne suffisait pas et qu’il fallait « techniciser » la profession. Jeune éducateur, on me demandait de commencer mes synthèses par la problématique de l’enfant. Il s’agissait pour l’équipe éducative de concevoir une représentation des difficultés rencontrées par l’enfant. Dès lors, des stratégies d’actions pouvaient êtres construites pour répondre au mieux à ce que nous imaginions de ses problèmes.

Mais cette manière de travailler à laissé apparaître ses limites lorsqu’on s’est aperçu que les droits les plus élémentaires des personnes qui fréquentaient ces établissements n’étaient pas toujours respectés. Ainsi, il est devenu de moins en moins défendable que la seule instance de décision soit la synthèse. La parole des usagers y était soumise à la bonne volonté des éducateurs et lorsqu’il y avait désaccord, la famille, l’enfant ne pouvait pas véritablement faire valoir son point de vue par elle-même. Nous pouvions débattre longtemps de la problématique d’un enfant, en déconnectant la question de la qualité de son accueil de nos réflexions ou alors en n’ayant pas recueilli les préoccupations des parents et enfants. Ainsi cet enfant confié à un établissement médico-social et à qui l’équipe répondait à la mère qui voulait savoir si son enfant allait continuer à bénéficier d’un suivi orthophonique : « chère madame, nous avons une prise en charge institutionnelle globale ».

Evidemment, la plupart des éducateurs ne se comportaient pas de cette manière et cherchaient à intégrer au mieux les besoins des usagers, mais cette attitude était possible. Enfin, quelques affaires médiatisée « cheval pour tous… » ont jetées une ombre sur le travail éducatif et le législateur s’est dit qu’il fallait mieux garantir les droits élémentaires des personnes accueillies

Quelques lois (2 janvier 2002, 12 février 2005) ont fait apparaître la notion de bénéficiaire et font passer de la logique de la problématique à celle du besoin. Dès lors, ce n’est plus la représentation des professionnels qui prime, mais les besoins exprimés par les bénéficiaires.
L’action éducative devient contractuelle et se fonde sur le projet personnalisé qui intègre à part égale les préoccupations des professionnels, du bénéficiaire et de ses représentants (parents tuteurs). Cette évolution qui débute seulement est, il faut le dire, une véritable amélioration pour les personnes accueillies.

Ainsi la loi du 2 janvier 2002 affirme dans son 2°article : « L’action sociale et médico-sociale, tend à promouvoir // l’autonomie et la protection des personnes// Elle repose sur une évaluation continue des besoins et attentes des membres de tous les groupes sociaux… » La dialectique entre le repérage des besoins et l’évaluation des réponses apportées est inscrite dans la loi et oblige les établissements à questionner les bénéficiaires, les représentants légaux et les professionnels pour cerner ces fameux besoins. L’avantage est d’ailleurs partagé car si les usagers peuvent voir ainsi leur situation s’améliorer, les institutions ont aussi beaucoup à gagner. Elles ont enfin un outil fiable pour faire ressortir leurs propres besoins. Elles peuvent se présenter au devant de leurs financeurs avec des éléments chiffrés, précis faisant ressortir leur action, ainsi que leurs propres besoins : « 80% des familles de nos bénéficiaires réclament un ascenseur pour changer de niveau, elles déclarent toutes qu’il y a un danger à passer par les escaliers »

Toutefois, cette évolution verra rapidement ses limites dans la mesure où les personnes qui fréquentent des établissements éducatifs, n’y viennent pas pour combler un quelconque besoin. Allez demander à un ado placé dans un centre éducatif ce qu’il a à faire de son confort, sa demande, c’est, le plus souvent, de rencontrer quelqu’un.

Car la demande, ce n’est pas les besoins ! Il ne faut pas confondre ! Les besoins sont de l’ordre du matériel, du confort. La demande se situe à un autre niveau, plus intime comme la recherche d’une autorité, adressée à soi et qui contienne vraiment. Ce travail, salutaire sur les besoins des usagers, ne pourra avoir un véritable avenir que s’il s’associe à une réflexion sur la demande des « bénéficiaires ».

Pour une fois, il faudrait éviter de réfléchir en réaction, en opposition avec la période précédente, et chercher à intégrer ce qui existe pour le compléter. Il est parfaitement légitime de mettre en avant les besoins des usagers, à condition de ne pas être dupe, de bien savoir que ce n’est pas ça qu’ils demandent. Une ado fugueuse, qui fera son projet ? Il faudra lui demander : « Alors, comment trouve-tu ta chambre ? Est-elle confortable ? … »

Ces questions sont importantes, mais qui peut croire qu’elles soient centrales pour elle ? Sa demande, c’est, peut être, que quelqu’un se fasse authentiquement et très sincèrement du souci pour elle lorsqu’elle est en fugue. Et cette personne ce peut être un éducateur, le cuisiner, la femme de ménage… le directeur, cela ne se décrète pas !

Evidemment, il serait parfaitement cynique de la loger dans un taudis sous prétexte qu’elle fugue et que sa demande ne se situe pas la! Son bien être, son confort, doivent rester des préoccupations premières. De même, les éducateurs doivent énoncer leur projet en matière d’intégration sociale, pour elle. Mais la question centrale de cette jeune fille, la difficulté à vivre qui la conduit à être placée dans un établissement éducatif et non dans un internat scolaire, ne peut être éludée. En plus de ses besoins, elle a une demande.

La demande, a pour principale caractéristique de ne pas être explicite, de rester obscure. Un enfant qui pourrait énoncer le plus clairement du monde sa difficulté, n’a pas besoin d’être placé en institut éducatif. Le plus souvent, il arrive en se plaignant, avec pas mal de besoins et une demande confuse, qui ne pourra s’élaborer que dans l’après coup. Pour reprendre l’exemple de cette jeune fille, ce ne peut être qu’après un long compagnonnage qu’il est possible de repérer, ensemble, ce qui était important pour elle lors de son placement. Du reste, à ce moment là cela n’a plus vraiment d’importance pour elle car elle est passée à autre chose.

L’éducatif est totalement étranger à la notion de contrat, c’est un pari. On espère que pour cet enfant confié à tel ou tel établissement, « ça va coller ». C’est à dire qu’il y trouvera des personnes avec lesquelles il pourra établir une relation d’une autre nature que celles qu’il avait connues jusqu'à présent. On espère que de cette nouveauté, il pourra établir un nouveau rapport au monde, plus apaisé et plus vivant. Lorsqu’on ouvre un CER, on fait le pari que les jeunes trouveront là un autre type de relations, plus structurantes, moins mortifères. Mais rien ne garantit que la demande de ces ados trouvera là une réponse même partielle !

Concrètement cela veut dire qu’il est difficile de tout mettre dans un projet. L’autorité, en particulier ne s’écrit pas, elle ne se décrète pas. Elle aussi relève de l’alchimie de la relation éducative et ne peut être décidée comme l’une des conditions d’un accueil : ici on est autoritaire ! Ce serait le meilleur moyen d’obtenir une résistance forcenée à toute tentative d’autorité ! C’est d’ailleurs un peu ce qui s’est passé lors de la création des centres éducatifs fermés.

Miser sur la demande, cela relève de la chasse aux papillons comme le chantait Brassens, on part et on espère que ça aura lieu… Rien n’est donc plus éloigné de la notion de projet, lui-même émanation de la démarche évaluative. Pour lier l’un à l’autre, il faut être habitué des paradoxes. L’un n’exclue pas l’autre. Il faut arriver à penser des projets personnalisés, tout en ayant à l’esprit la question de la demande des bénéficiaires. L’un relève de l’institutionnel et l’autre de la relation éducative. L’un s’évalue au travers des projets personnalisés et du projet d’établissement, l’autre peut être réajustée lors de séances d’analyse de la pratique. L’un ne doit pas exclure l’autre au risque de la perte du sens, et l’autre ne doit pas exclure le premier au risque de la perte de toute crédibilité..

En effet, le risque réside dans le caractère extrêmement séduisant du projet et de la mise sous le boisseau de toute démarche dissidente. La demande et le besoin sont indissolublement liés dans la recherche d’une action éducative. Il nous reste encore à en prendre conscience.

jean marie vauchez

L'article a mal vieilli, mais il illustre bien mon propos:
Les établissements éducatifs nécessitent une bonne connaissance du terrain et surtout de l'action éducative pour être évalués. Si un médecin est sans doute nécessaire pour prétendre évaluer un EHPAD, il faut tout aussi nécessairement des éducateurs pour pouvoir mener à bien l'évaluation d'un établissement éducatif (MECS, IME, ITEP....)

La balle est dans le camp des directeurs des ESMS.

alexandre HAUSKNOST

Dans les tous cas, n'oubliez pas aussi qu'il faut un manager.
en effet, dans les missions d'un directeur il doit mettre en place une organisation permettant la prise en compte des besoins/demandes/souhaits de la personne accueillie. Il doit veiller au respect des droits et des devoirs de chacun. Selon la logique développée, le directeur ne peut qu'être évalué par un pair donc un manager...

Ensuite, il faut un personnel médical pour pouvoir aller voir ce qui se passe réellement dans les infirmeries.

MOn dieu ! à ce rythme, l'évaluation se fera par combein de personne ?


N'oublions pas, que le cabinet qui évalue en externe est choisi par le directeur (ou DG ou Association). C'est donc à celui qui choisit que revient la responsablité de sélectionner en prenant en compte certaines règles éthiques et pratiques. Cela fait partie des actions qu'il prend tous les jours.

En dehors de préalables indispensables, l'évaluation concerne bien la dynamique de l'établissement. Il faudra obtenir certaines garanties sur ce point. Il ne s'agit pas d'évaluer comme une inspection de la DDASS.


POur conclure, j'ai parcouru la liste des organismes habilités.
Tout d'abord Félicitations à Daniel GACOIN dont le cabinet est retenu (donc il a un médecin dans son équipe pour évaluer les EHPAD)

et c'est dommage que cette liste ne présente pas plus les organismes et surtout qu'elle ne soit pas imprimable !

Daniel Brandého

Bonsoir
je suis habilité par l'ANESM, j'ai un statut juridique d'auto entrepeneur et j'ai réalisé 3 évaluations externes dans un secteur que je connaissais pas, le service à la personne. J'ai dirigé une MAS, deux foyers de l'enfance, un ésat, un ime et une direction qualité d'un grand centre hospitalier. Lors des évaluations externes j'ai baucoup appris des auxiliaires de vie, des personnes agées qui vivent à domicile dans des conditions précaires. Je viens de lire vos textes, je partage pour l'essentiel votre point de vue, la méthodologie d'analyse sous forme d'audit est nécessaire mais les rencontres avec les professionnels et les usagers sont essentiels. On ne codifie pas la vie que dans des grilles mais aussi et surtout dans le hasard des rencontres. Bien à vous

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)





Stats