Livres Daniel Gacoin

  • • Manuel de direction en action sociale et médico-sociale

    Ouvrage collectif
    Daniel Gacoin a écrit le chapitre intitulé : "Formes organisationnelles nouvelles, transformation des modes de direction : une histoire de poule et d'oeuf…".
    En savoir plus
  • • Guide de l'évaluation en action sociale et médico-sociale

    Sortie le 26 mai 2010
    100 fiches détaillées abordent toutes les facettes du sujet avec la volonté de :
    • resituer le cadre de l’évaluation sociale et médico- sociale ;
    • ouvrir la vision des démarches possibles pour orienter les pratiques ;
    • donner des repères en acceptant la dimension plurielle du thème et des thèses proposées ;
    • donner des définitions et des outils en restant centré sur un devoir éthique.
  • • Communiquer dans les organisations sociales et médico-sociales

    Partie 1 : Mutations et enjeux
    Partie 2 : La communication comme solution ?
    Partie 3 : La communication avec l'usager, stratégies et méthodes
    Partie 4 : La communication interne, stratégies et méthodes
    Partie 5 : La communication externe, stratégies et méthodes
  • • Conduire des projets en action sociale (2010 : deuxième édition)

    Partie 1 : Comprendre la place nouvelles des projets
    Partie 2 : Innover en action sociale (à lire notamment les 5 histoires en forme de fables appelées "Histoires comme ça")
    Partie 3 : Penser projet : des savoirs au positionnement
    Partie 4 : Construire une stratégie
    Partie 5 : Mobiliser et impliquer
    Partie 6 : Communiquer et négocier
    Partie 7 : Conduire les projets stratégiques
Blog powered by Typepad

« Refonder la protection sociale : apports du dernier numéro de la Revue Esprit | Accueil | Le « Travail social en crise » : la tentation du catastrophisme »

27 mai 2006

Commentaires

gibard marc / paklak shirly

‘No mad’


Chers tous,

Toutes les dernières informations reçues à notre sujet doivent paraître bien pauvres pour arriver à comprendre ce qu’il se passe…

Aussi avons-nous passé ce mois à encaisser et recenser toutes les donnes du jeu afin de retranscrire au plus juste les éléments passés qui ont entraîné la fermeture administrative de la structure ‘no mad’ par le Préfet des Vosges, effective le 3 novembre dernier.

Les pièces du puzzle se rassemblant, Il nous est aujourd’hui possible de vous les ordonner et les décrire.

C’est aussi avec la prise de distance de la situation que nous pouvions assurer au mieux la lisibilité de l’événement qui autrement, aurait circulé chargé de ressentis et d’affects incompatibles avec sa clarté.

C’est également le temps nécessaire à se réorganiser, définir les nouveaux objectifs, réfléchir aux stratégies, analyser les conséquences, les anticiper, organiser la survie financière, protéger les nôtres, réorganiser l’espace, etc.

Mais déjà, suivre l’actualité rend visible l’étincelle qui a déclanché ce brasier.

Bien malgré nous, nous sommes entraînés sur un terrain qui engage l’action politique et l’action judiciaire, ce qui nous éloigne des véritables finalités de notre engagement : l’action sociale.

Même si nous pressentions les risques de l’inclusion des Lieux de Vie dans le champs d’application de la loi au travers leur reconnaissance dans la nouvelle mouture du Code de l’Action Sociale et de la Famille, nous avons quand même imaginé que les motivations premières du législateur étaient de sauvegarder l’originalité et le particularisme singulier de chacun des lieux d’accueils.

En tous les cas, c’est ainsi qu’il l’a présenté.

L’expérience nous a pourtant déjà démontré que ce type de reconnaissance forgeait toujours la clef d’entrée qui ouvre la porte à l’ingérence.

Et d’ailleurs, pourquoi aurions nous peur des mots maintenant ? Une technique qui sous couvert honorable, est bien connue pour permettre l’accès à une certaine forme de totalitarisme !

C’est bien pourquoi nous n’avons jamais adhéré à l’idée de la mise en place de cette reconnaissance officielle qui s’est effectuée au travers la Fédération Nationale des Lieux de Vie qui regroupe plusieurs collectifs et les ministères concernés.

L’institutionnalisation des Lieux de vie n’était pas de propos, et ce fait les éloigne bien de la genèse de leur histoire qui voulait justement «sortir les usagers des institutions ».

Pour certains, le concept de « Lieux de Vie » se formalisait en opposition aux « Lieux de Mort » que représentait l’institution.

Le résultat aujourd’hui est que nous assistons, impuissants, à l’autorisation d’ouverture de Lieux de Vie qui semble nivelée par le bas et exclure certaines élites.

Les conséquences sont qu’aujourd’hui, il n’existe plus en France de véritables alternatives dans la prise en charge des mineurs.


Historique :

 Le premier avril 2005, Marc se déclare en profession libérale et nous accueillons un mineur en grande difficulté selon le décret d’application de décembre 2004 qui précise : « A la date de publication du présent décret, les personnes physiques ou morales gestionnaires de lieux de vie et d’accueil non autorisés et ayant conclu un contrat ou une convention avec l’une des autorités ou personnes morales énumérées à l’article D. 316-3 du code de l’action sociale et des familles, ou ayant bénéficié d’une habilitation par l’une de ces autorités, disposent d’un délai de deux ans pour déposer une demande d’autorisation de création de lieu de vie et d’accueil. ». Il est à noter que Marc possède des conventions de placements datant de 1994 pour les premières.

 Le 09 novembre 2005, nous recevons un courrier conjoint Conseil Général / Direction Régionale de la Protection Judiciaire de la Jeunesse (P.J.J.) nous informant que l’accueil régulier de mineurs placés sans autorisation particulière ne peut reposer que sur la base du placement à un tiers digne de confiance.

 Décembre 2005, la DDASS du nord retire les mineurs confiés malgré des re-scolarisations et contre l’avis des jeunes, ignorant totalement le décret d’application.

 1ier Mars 2006, nous recevons un mail du Directeur Départemental de la PJJ de la Drôme donnant accord d’une demande d’habilitation à la direction Régionale d’un partenariat avec ‘no mad’.

 13 avril 2006, nous accueillons Loris, confié par un juge des enfants de Valence au titre de l’ordonnance de 45 (pénal) dans l’objectif de l’éloigner d’une relation fusionnelle d’avec sa mère, néfaste à son développement et à son autonomisation. L’éducateur nous met en garde contre la mère qui a pour habitude d’engager des procédures contre toute institution qui approche son fils (école, décisions de justice suite à un divorce etc.). Pour nous protéger, le juge n’a pas spécifié sur l’ordonnance de placement autre chose que l’adresse où le mineur est confié.

 Le 14 avril, la mère trouve nos coordonnées et nous appelle. Comme à l’habitude de nos pratiques, nous l’invitons à collaborer dans l’intérêt de son fils en acceptant de ne pas entrer en contact immédiatement avec lui, le temps de lui laisser trouver ses repères. Nous lui proposons de la rencontrer dans la Drôme le 18, nous allions chercher un autre jeune au tribunal.

 Le 18 avril, Nous rencontrons madame à 10 Heures 30 devant le tribunal afin de nous mettre en lien et contact dans l’intérêt de Loris. Lors de cette rencontre, nous avons établit avec madame Mathieu un pacte qui nous permettrait d’offrir à Loris un espace de distanciation.

 Le 19 avril, Madame demande à parler à son fils et ce malgré les directives mises en place avec les éducateurs du CAE.
Le même jour : Madame interpelle par un fax le préfet des Vosges, suspectant un placement « dans une secte ».

 Le 20 avril, le préfet ordonne une enquête diligentée par la PJJ Vosges, l’ASE Vosges et la DDASS que nous rencontrons chez nous, à la Maison Forestière.

 Le 21 avril, Madame interpelle le Maire de Vexaincourt. Elle lui parle de suspicion de séquestration et de sectarisme. Monsieur le Maire lui renvoie le cadre de la Loi.

 Le 22 avril, Madame nous menace de fermer notre structure ( ?)… en présence téléphonique de Loris qui nous demande de mettre court à la conversation téléphonique. (Alors que nous étions en déplacement)
Le même jour : La gendarmerie de Raon (88) se déplace à la Maison Forestière pour enquête, suite à une plainte de madame.
Le même jour : Madame téléphone à des personnes du hameau de Borne (26) (Lieu d’accueil Terrain d’Aventure) à plusieurs reprises et ainsi, interpelle des protagonistes non concernés par la situation de Loris.

 Le 27 avril, un copain de Loris l’appelle pour lui annoncer le décès de son ami (mort accidentelle par cyclomoteur) (Loris est fasciné par les 2 roues et doit rencontrer le deuil)

 Le 28 avril, retour du Vercors (En Vosges) pour rencontre éducative avec le réseau institutionnel éducatif de ‘no mad’ .

 Le 02 mai, Appel de Maître Flaud avocat commis d’office (à Loris ( ?) ou à Madame( ?)) Nous ne comprenons pas quels intérêts défend cet avocat….Madame fait appel de la décision de placement.

 Le 04 mai, le juge des enfants de Valence nous demande en urgence un compte rendu détaillé de ces événements suite à l’interpellation de madame auprès du Président de la République. Ce juge devait rendre des comptes immédiatement au Garde des Sceaux.

 Le 06 mai, l’ancienne professeur de piano de Loris appelle afin de vérifier s’il est libre de ses mouvements.

 Le 08 mai, Loris renoue téléphoniquement avec son père et sa famille paternelle qu’il repoussait depuis 4 ans.

 Le 09 mai, madame veut parler à son fils et exige des écrits. Le soir, Maître Flaud appelle Loris qui lui demande officiellement d’intervenir auprès de sa mère pour qu’elle cesse toute forme d’harcèlement et de contacts. Maître Flaud refuse d’assister madame dans un recours et prend conscience de la malfaisance de la mère.

 Le 16 mai dans la Drôme, Madame envoie les gendarmes qui sont reçus par Yannick resté installer le camp. Ils lui demandent clairement si nous avons un caractère sectaire. Yannick affirme notre esprit laïc.

 Le 17 mai, Conseil Général des Vosges à la Maison forestière pour vérification des présences des jeunes, Nous passons accord de l’informer par fax de tous déplacements hors département.

 Le 19 mai, départ dans la Drôme, très grosses difficultés financières pour non paiement de la PJJ. Retour forcé après emprunt.

Nous recevons les conclusions du contrôle le 1ier juin qui précise bien que le Préfet l’a ordonné suite à l’interpellation de la mère. Il présente un caractère suspicieux et fait état d’un certain nombre de préconisations et demandes. (mise en place du registre du personnel, travaux a effectuer etc) et demande d’ouverture dans les vosges ou la Drôme. ( ?) Les mineurs confiés l’étaient pourtant au titre de « tiers digne de confiance » et malgré que l’accueil dans le cadre de tiers digne de confiance ne confère pas d’autorisation permanente, car elle est liée à une décision de placement singulière on nous demande une autorisation.

Un mois plus tard, le Directeur Départemental PJJ nous informe par mail qu’il avait convenu avec le juge pour enfants que le rapport d’inspection des Vosges ne concernait pas la Drôme.

 Le 28 mai, fête des mères, Loris envoie un texto à sa mère. Elle appelle dans la soirée en se faisant passer pour une copine de Loris. Elle lui annonce encore la mort d’un copain, après vérifications nous constatons un mensonge.

 Le 08 juin, toute la famille paternelle vient rendre visite à Loris après 4 ans de rupture. Loris constate que son père est extraordinaire et prend conscience des manipulations dont il a été l’objet.

 Le 23 juin, enquête de l’institution du « Défenseur des enfants » suite à l’interpellation de madame. Les conclusions rappellent à la mère le cadre de la loi et précisent que son fils semble bien pris en charge, sans dérive sectaire.

 Nous apprenons en même temps qu’elle cherchait à se faire rallier par la presse. Aucun journaliste n’accepte le dossier, Maître Flaud les prévenant du caractère sensible de cette affaire.

 Le 26 juin, le juge ordonne une expertise psychiatrique de Loris et de la mère. Madame ne s’y rendra pas.

 Le 27 juin, la sœur de Loris vient passer une semaine près de son frère à la Maison forestière.

 Le 06 juillet, enquête de la gendarmerie à la demande du procureur des Vosges. Nous fournissons un dossier complet de la situation et portons plainte contre madame pour «diffamations et entrave à l’action éducative ordonnée par un magistrat. »

 Le 08 juillet, Loris part en vacances avec sa famille paternelle avec accord du juge.

 Le 17 juillet, la prof de piano réapparaît et dit à Shirly que nous sommes une secte.

 Le 18, départ dans le Vercors, nous auront un peu la paix, juste 2 fois les gendarmes.

 Le 26 juillet, visite sur le terrain d’Aventure du Directeur Départemental de la PJJ et d’une représentante de la Direction régionale afin de travailler sur le projet Vercors ainsi que des éducateurs. Le Directeur Départemental propose des financements conjoints avec la prévention pour arriver à boucler le prix de journée demandé et précise à la Région qu’il bloquerait tout autre projet de création de lieu de vie si ‘no mad’ ne s’implantait pas dans la Drôme.

 Le 23 août, réunion avec le Directeur du Centre d’Action éducative, l’éducateur de Loris, Maître Flaud et le père de Loris. Madame ne viendra pas, et précise les raisons de son absence dans une lettre en invoquant l’incompétence des services de la Protection Judiciaire de la Jeunesse, l’acharnement judiciaire qu’elle subit, chargeant ‘no mad’ de propos diffamatoires. Cette lettre était accompagnée de photos de Loris (prises par son ancienne petite copine et dont deux ont été reconnu par l’éducateur le jour de son départ pour les Vosges). Ces photos le montrait couvert de bleus et madame précisait dans son courrier une maltraitance physique.
Il a été convenu de scolariser Loris dans les Vosges afin d’empêcher la mère d’intervenir auprès du groupe scolaire. Jusqu’à la fin, Loris annonçait à son entourage maternel un autre établissement que celui dans lequel il était inscrit.

 Le 30 août, expertise psychiatrique de Loris à Lyon. L’expert entendra également son père et demandera un entretien avec nous. Les conclusions feront apparaître l’extrême bénéfice dont Loris tirera de ce placement, décrira un « avant » et un « après » ‘no mad’, son estime de lui retrouvé, sa régularité veille – sommeil retrouvée également, il sait désormais nommer ce qu’il ressent, prendre conscience des limites entre l’intérieur et l’extérieur de soi et également comment estimer les autres. L’expert insiste pour que se placement perdure car « les conséquences prévisibles d’absence de soins sont l’évolution vers une structure de personnalité psychopathique avec passage à l’acte itératif et conduite délictueuse chronique. »

 05 septembre, après deux ans de rupture scolaire, Loris intègre une troisième générale avec des résultats prometteurs et sans troubles du comportement constatés.

 Il entame également avec volonté une psychothérapie auprès d’une équipe pluridisciplinaire attachée au Centre Hospitalier Spécialisé de Ravenelle (Vosges)

 Le 19 septembre, erreur de casting, nous accueillons quelques semaines un jeune qui commettra des actes d’incivilité dans le village en entraînant l’autre jeune en charge. Le maire interpelle le préfet.

 31 octobre, arrêté de fermeture administrative par le Préfet des Vosges.


Conséquences :

En ce qui concerne la fermeture :

Si la justice a pu arrêter bien des maltraitances en matière de prise en charge des mineurs en Lieux de Vie, le principe de précaution ne doit pas suffire à endiguer un processus d’accompagnement innovant et performant, sans compétences en matière d’évaluation, de contrôle ou d’enquête.

Ce rapport d’enquête, pour le moins empirique, ne s’étaye sur aucune méthodologie.

Il existe pourtant désormais des référentiels :

Placé auprès du ministre chargé de l’action sociale, le Conseil national de l’évaluation sociale et médico-sociale a quatre missions :
• valider les procédures, références et recommandations de bonnes pratiques professionnelles au regard desquelles seront évalués les établissements et services ;
• examiner les organismes qui souhaitent être habilités pour pouvoir procéder aux évaluations externes ;
• promouvoir la culture de l’évaluation dans le monde social et médico-social ;
• participer à l’évaluation d’établissements et services expérimentaux.
Aussi nous insurgeons nous contre la non- méthodologie appliquée lors de notre contrôle.
Nous rappellerons également les travaux de Maurice Berger qui font valoir un certain « échec de la protection de l’enfance » (édition Dunod) quant aux critères d’évaluations qui ne prennent jamais en compte la parole de l’enfant.
Les Lieux de vie ont réussit après 30 ans de travail parfois presque clandestin à imposer une approche de la souffrance des mineurs par leur reconnaissance dans la loi 2002-2 du 2 janvier 2002. Il ne faut pas oublier que cette légitimité s’est imposée elle, par la multiplication de mineurs sortants des institutions qui ont échoué et trouvés des facteurs de résiliences en Lieux de vie.

 Un licenciement.

 Une situation financière dramatique pour une famille.

 Une déscolarisation d’un enfant de 15 ans.

 Un retour en famille prématuré et non préparé.

 L’arrêt brutal de soins psychothérapeutique d’un mineur.

 Un projet social avorté.

 Deux mineurs re-confiés à leurs parents dans l’environnement duquel ils avaient été retirés pour les protéger.


A savoir aujourd’hui :

Un recours pour excès de pouvoir vient d’être déposé par Maître Flaud auprès du Tribunal Administratif de Nancy contre Monsieur le Préfet des Vosges, la Direction Régionale de la Protection Judiciaire de la Jeunesse Lorraine – Champagne – Ardenne et la Direction Vosgienne des Interventions sociales.


Toute attestation avec photocopie de la carte d’identité recto-verso sera la bienvenue.

Toute idée de soutien également.


Qui a parlé de Protection de l’enfance ???

Et la bienveillance ???:


Les processus de ’bienveillance’ dans le secteur socio-éducatif
Intitulé : Enquête inter années
Thème : Les processus de "bienveillance" dans le secteur socio-educatif
Enseignants : Mme Lacaze et M. Torrelli
Partenariat d’encadrement : Structure ’No mad’ (Marc Gibard et Shirly Paklak)
Première rencontre avec les étudiants intéressés le 26/10/06 salle 5320
Seconde rencontre : "Les parcours de recherche", le vendredi 1er décembre, de 14h à 18h
Examen :
Premier semestre : oral. Le vendredi 12 janvier de 14h à 18h. Salle 5320. Prendre RV par courrier électronique
Descriptif : L’enquête inter-année se déroulera sous la forme de plusieurs études ethnographiques effectuées en petits groupes accompagnés par les encadrants. Il s’agira d’aborder les complexités de la prise en charge des jeunes en difficulté dans sa globalité.
Télécharger ci-dessous une bibliographie indicative.
Les thèmes possibles sont :
La bienveillance. Description et analyses des protocoles d’arrivée, de séjour et de départ des jeunes en difficultés dans les structures d’accueil ; conscience, volonté et attitudes, pratiques et usages.
L’accueil. Pratiques et techniques de l’accueil : qu’est-ce qu’accueillir ? Protocoles, usages, problèmes. (Primo-accueil, accueillir chez soi, accueillir le jeune ET ses problèmes, etc.....)
La parole. Pratiques et usages de l’entretien avec les jeunes en difficultés. Comment ? A quels moments ? Pratiques et usages de la parole avec les jeunes (parole confidente, parole d’autorité, remise à l’ordre, rappel à la loi, discours performatifs....etc....). Diversité des langues ? Niveaux de langage ?
L’écrit. Pratiques et usages des "notes d’observation". Comment ? Pourquoi ? Pratiques et usages des lettres (Lettres aux parents, lettres aux institutions, lettres aux juges, lettres à d’autres jeunes). Comment ces démarches sont-elles accompagnées ? Pourquoi ?
Le corps. Le corps des jeunes : prendre soin, tenir compte, respecter, aider, accompagner : quelles sont les pratiques ? Hygiène. Esthétique. Santé. Les activités physiques et sportives (marche, baignades, postures physiques, déplacements, etc....)
L’espace. Où accueillir et pourquoi (lieux, situations, dispositifs, etc.) ? Où manger ? Où dormir ? Où parler ?
Le temps. Protocoles et chronologies ? Constantes et variables ? Les effets de calendrier (quel calendrier ? : l’officiel ? Celui, caché et méconnu de l’Histoire de vie du jeune, etc.....).
Les vêtements. vêtements ou "vêture" ? Les vêtements avec lesquels le jeune arrive. Ceux qu’il achète. Ceux qui arrivent par colis. Vêtements et symboles. Chaussures. Adaptation et inadaptation de certains vêtements.
L’agressivité. Celle du jeune. Celle des accueillants. Comment est-elle perçue ? Comment est-elle traitée ? Comment est-elle analysée ? Qu’en advient-il ?
La violence institutionnelle. Quels constats ? Les faits ? Les discours ? Les pratiques ? Les usages ? Les dénis ?
Placement et déplacement. Que signifie le placement pour un jeune ? Les processus de rupture...
Affectif. Sexualité. Tendresse. Emotions. De quoi parle-t-on ? Quelles places à quelles moments pour laisser au jeune vivre quelle dimension de sa vie. Y a-t-il des interdits ? Y a-t-il des possibles ? Quels discours ? Quels pratiques ? Quels usages ?
La politique. Quelle place a-t-elle ? En parle-t-on ? Quand ? Comment ? Pourquoi ?
La famille. Quelles places et quels liens dans les discours et les faits ? Place de la famille du jeune ? Place de la famille des acceuillants ? Famille réelle et famille phantasmée.
La peur. Y-a-t-il de la peur ? Où se cache-t-elle ? Peur de la violence des jeunes ? Peur que les jeunes amènent avec eux en arrivant ? Peurs entretenues ? Peur qui laisse place à de la sérénité ?
L’activité. Quelles activités ? Activités spécifiques ? Activités domestiques ? Centrifuges ? Centripètes ? Centrées sur le jeune ? Autres ?
Les projets. Quels projets ? Qu’est-ce qu’un projet ? Projet de qui ? Projet pour quoi ? Projet vers quoi ?
Etc....

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)





Stats