Livres Daniel Gacoin

  • • Manuel de direction en action sociale et médico-sociale

    Ouvrage collectif
    Daniel Gacoin a écrit le chapitre intitulé : "Formes organisationnelles nouvelles, transformation des modes de direction : une histoire de poule et d'oeuf…".
    En savoir plus
  • • Guide de l'évaluation en action sociale et médico-sociale

    Sortie le 26 mai 2010
    100 fiches détaillées abordent toutes les facettes du sujet avec la volonté de :
    • resituer le cadre de l’évaluation sociale et médico- sociale ;
    • ouvrir la vision des démarches possibles pour orienter les pratiques ;
    • donner des repères en acceptant la dimension plurielle du thème et des thèses proposées ;
    • donner des définitions et des outils en restant centré sur un devoir éthique.
  • • Communiquer dans les organisations sociales et médico-sociales

    Partie 1 : Mutations et enjeux
    Partie 2 : La communication comme solution ?
    Partie 3 : La communication avec l'usager, stratégies et méthodes
    Partie 4 : La communication interne, stratégies et méthodes
    Partie 5 : La communication externe, stratégies et méthodes
  • • Conduire des projets en action sociale (2010 : deuxième édition)

    Partie 1 : Comprendre la place nouvelles des projets
    Partie 2 : Innover en action sociale (à lire notamment les 5 histoires en forme de fables appelées "Histoires comme ça")
    Partie 3 : Penser projet : des savoirs au positionnement
    Partie 4 : Construire une stratégie
    Partie 5 : Mobiliser et impliquer
    Partie 6 : Communiquer et négocier
    Partie 7 : Conduire les projets stratégiques
Blog powered by Typepad

« Blog et action sociale : outil nouveau, outil utile, outil à découvrir | Accueil | Refonder la protection sociale : apports du dernier numéro de la Revue Esprit »

14 mai 2006

Commentaires

Christian Viallon

Je n'ai eu, comme vous, que quelques échos sur France Culture- n'ayant pas pu suivre toutes les émissions ! Je vous rejoins sur la nécessité d'élaborer de nouvelles grilles de lecture d'une société sur laquelle on ne peut plus plaquer les anciens modèles ...

lauren

DITES MOI POURRIEZ VOUS M'ECLAIREZ SUR QUELQUES QUESTIONS MERCI SUR LE LIVRE DE D.COHEN "richesses du mondes pauvretées des nations".MERCI:

Quel est le profil de l'homme le plus pauvre du monde?

En quyoi peut on dire que les villes se sont enrichies au détriment des campagnes?

Qu'est ce que les appariements sélectifs?
En quoi alimentent t ils les inegalitées?

Daniel Gacoin en réponse aux interrogations de Lauren

Merci de vous intéresser à mes réflexions et merci pour vos questions, d’autant que les réponses sont faciles à formuler, même pour quelqu’un qui, comme moi, a lu « Richesse du monde, Pauvretés des nations » il y a 9 ans et ne l’a plus relu depuis. Cet ouvrage avait fait beaucoup de bruit à l’époque par sa construction prophétique : non seulement il faisait état de la diversité des inégalités construites avant même le grand mouvement de la mondialisation, mais il détaillait les mécanismes actuels et à venir d’aggravation de ces inégalités, au cœur de la troisième révolution industrielle. Je ne peux m’empêcher de vous conseiller de relier cet ouvrage majeur avec les 2 livres du même auteur qui ont suivi:
• En 2000 : « Nos temps modernes » prolongeait les premières réflexions et donnaient en particulier un éclairage sur les évolutions internes aux entreprises, que j’ai utilisé pour le champ social et médico-social dans mon premier livre, « Communiquer dans les organisations sociales et médico-sociales ». J’ai notamment repris son évocation de la pression accrue sur les salariés, devant s’adapter sans cesse à de nouvelles formes de plus-value, le facteur e du travail (motivation à coopérer, capacité à communiquer, à prendre des initiatives et de l’autonomie) devenant un nouvel étalon de l’évaluation de leur activité, plus stressant que l’adhésion à l’autorité et le simple respect des commandes.
• En 2006 (il y a 3 mois), dans la collection la République des idées, sont sorties les très intéressantes « Trois leçons sur la société post-industrielle », avec notamment un regard sur les ruptures à l’œuvre dans l’économie moderne, sur la nouvelle économie-monde et sur l’interrogation du modèle social européen.

Alors pour revenir à vos questions :
• Le profil de l'homme le plus pauvre du monde ? On se rappelle le propos plein d’humour de D. Cohen, nous rappelant que l’homme le plus pauvre du monde est... une femme, une femme africaine
• En quoi peut-on dire que les villes se sont enrichies au détriment des campagnes ? Le propos que vous retenez est situé au début de l’ouvrage et reprend un rapport de la Banque Mondiale , sur l’Afrique, qui indiquait que la moitié des richesses produites par les campagnes africaines sont en fait appropriées par les villes : un mécanisme passant par des centrales d’Etat ou marketings boards. (démonstration page 22-23)
• Qu'est-ce que les appariements sélectifs ? Ce processus largement détaillé dans l’ouvrage de 1997 est repris dans l’ouvrage de 2006. La théorie des appariements sélectifs est proposée par Gary Becker, prix Nobel d’économie dans une recherche iconoclaste sur l’analyse économique du mariage, avec les 2 formes d’appariements possibles lorsqu’un homme et une femme cherchent à se marier, des appariements entre semblables (sélectifs) ou des appariements asymétriques. On peut assimiler la société industrielle à un mariage asymétrique entre des gens bien dotés (ingénieurs) et des gens moins dotés (ouvriers). Lorsque les ouvriers deviennent exigeants, l’appariement asymétrique se brise. C’est ce qui s’est passé dans les années 1960, suscitant l’entrée dans une autre logique, celle des appariements sélectifs : les gens se retrouvent entre eux, entre classes homogènes, moins par amour de soi-même que par rejet de l’autre.
• En quoi alimentent-ils les inégalités ? C’est la suite de vos questions, mais vous trouverez les réponses tant chez Cohen (L’ouvrage de 1997 et le dernier de 2006), que chez Jacques Donzelot (souvent commenté dans ce blog) ou chez Eric Maurin et son excellent « Le Ghetto français », en 2005 à La République des Idées. L’absence de mixité sociale (chaque catégorie refuse toute ouverture à une catégorie plus basse) est la suite des appariements sélectifs, et un facteur d’augmentation des inégalités (géographiques, culturelles, professionnelles, etc…).

Tout cela interroge fortement et peut-être aurez-vous perçu l’amorce de pistes de travail, en termes de mobilité et de formation à la mobilité notamment… Un large débat.

Daniel Gacoin

lauren

Si ce n'est pas trop en demander pourriez vous répondre a ces questions supplementaires de facon claire et dévellopée s'il vous plait,merci:

Quelle est la caractéristique principale de la 3eme révolution industrielle?
En quoi genere t elle des inegalites?
Pourquoi peut on parler de fin du fordisme?

lauren

pas de réponse?

Daniel GACOIN en réponse aux nouvelles questions de Lauren

J'ai l'habitude, dans des réunions de famille, de jouer à un jeu qui s'appelle "mots et définitions", jeu qui a 3 particularités : il est drôle, tout le monde sait que c'est un jeu, et il reste cantonné à un espace/temps limité. Revenons-en à ces fondamentaux...

Concernant vos questions, je souhaiterais avoir un peu plus d'éléments sur leurs raisons, le contexte qui vous rend avide de réponses (s'agit-il d'un devoir de terminale ?) et un peu péremptoire dans la forme. Mais surtout je vous propose d'utiliser un autre canal que le blog, pour ne pas ennuyer les autres lecteurs. Je poursuivrai donc des réponses par un canal de mail, plus indiqué... à partir du moment où j'en saurai évidemment un peu plus sur vos motivations.

Daniel Gacoin

lauren

Oui c'est en effet un devoir de premiere,et je ne comprens pas tout les éléments de cette 3eme revolution industrielle.c'est pouyr cela que j'aurais voulu avoir des réponses
Merci

Daniel Gacoin toujours sur les questions de Lauren

Je comprends mieux vos questionnements qui vont me faire aller vers mon penchant pédagogique. Je ne vous donnerai que les indications pour trouver les réponses, vous verrez c'est facile...

1. La caractéristique de la 3ème révolution industrielle ? Vous la trouverez au chapitre 4, après les propos sur la tertiarisation de l'économie (la prédominance des services dans l'économie), à travers son énoncé (la révolution informatique) et sa caractéristique/conséquence principale présentée en bas de la page 75.

2. En quoi génère-t-elle des inégalités ? Après la page 75 et après les propos sur la production "O-ring" (obligation d'un même niveau d'excellence sur la qualité de travail sur l'ensemble du processus de production, dans une organisation), l'auteur écrit 3 pages sur ces nouvelles inégalités, à travers l'apparition notamment de "nouveaux appariements" (vous vous rappelez votre question de l'autre jour sur la définition de ces "nouveaux appariements" et ma réponse ?)...

3. Peut-on parler de fin du fordisme ? Dans les pages 81 à 84, l'auteur donne les raisons de la fin du fordisme, en rappelant ce qu'est le fordisme (un contrat social proposé par Henri Ford, dans les années 30, avec "un haut niveau de salaire pour les ouvriers de ses usines automobiles, pour qu'ils puissent avoir une plus grande consommation, qu'ils puissent achèter... notamment ses voitiures") et la double réalité d'aujourd'hui : recomposition des lieux de production et désaffiliation des salariés. Elle permet de répondre à la question (page 84).

Bon courage

Pour de prochaines questions, passez par mon mail, en utilisant ses coordonnées dans la rubrique "à propos de l'auteur"

Cordialement

Daniel GACOIN

lauren

Je n'ai pas tres bien saisi pourquoi pouvait on parler de fin du fordisme,les explications données dans l'ouvrage sont assez complexes,je n'arrive vraiment pas a trouver les idees principales

Didier

Daniel te l'expliquera certainement mieux que moi mais je pense que l'idee principale c'est la difference de traitement du travail non qualifié par rapport a avant.
voila mais je n'en suis vraiment pas sur

lauren

merci mais il me faudrait une réponse plus claire.merci d'avance

Daniel Gacoin (dernières pistes pour Lauren)

Il faut bien relire le texte : cela donne...

Fordisme = salaire + productivité = contrat social (salaire, affiliation des salariés, même non qualifiés) + organisation standardisée de la production (grande usine, découpage tâches, répétition, etc...) - c'est indiqué page 82-83

Situation actuelle avec 3ème révolution industrielle = fin du contrat social (fragilité et inégalités de répartition des revenus, désaffiliation des salariés non qualifiés, et désaffiliation partielle des qualifiés - c'est indiqué page 83-83) + transformation des modes de production (petites équipes, initiatives et non standardisation, appel à l'excellence de tous avec production O-ring - tout cela est indiqué auparavant)

Alors, Lauren, peut-on parler de la fin du fordisme ?

Daniel Gacoin

lauren

je vous remercie beaucoup je ne vous embeterait plus avec mes questions,je vous ferez part prochainement de mon évaluation
Cordialement et encore merci beaucoup

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)





Stats